Bienvenue dans un monde merveilleux bercé par les meurs mythologiques...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]

Aller en bas 
AuteurMessage
Apollon
Admin
avatar

Messages : 1485
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 23
Localisation : Dans les nuages...

MessageSujet: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Sam 1 Déc - 14:06

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
    CAPYPSO ▬ Mais qu'est-ce que tu veux à la fin Hydron ?! J'ai tout fait, tout donné pour que tu m'aimes ! Qu'est-ce que tu veux ? Qu'est-ce qu'il te manque ? Dis moi ce que je peux faire pour que je sois à la hauteur de tes espérances...! J..Je t'aime..
Dans quelle merde est-ce que je m'étais encore foutu..? Pourquoi est-ce que je suis obligé de lui faire du mal ? Elle me fait tellement pitié que j'aurai presque envie de lui dire je t'aime pour qu'elle soit heureuse. Le problème, c'est que je n'arrive plus à les dire, ces deux mots. A chaque fois que j'essaye de les prononcer, ma voix tremble, mes poings se serrent tout comme mon cœur. J'imagine que ce doit être des mots qu'il faut préserver, sans doute. Les mains dans les poches, j'observe Calypso, la demoiselle blonde dont les larmes salissent sa joue. Elle me fixe, tremblante et redouble de sanglots. Je lâche un long soupir et sans bouger, parle de ma voix forte.
Quel idiot.
    HYDRON ▬ Désolé. Je ne suis pas intéressé. Ça ne sert à rien que tu change pour moi, je ne t'aime pas.
Ma voix est sûrement trop dure pour elle, trop cruelle, je devrais peut être m'excuser à nouveau... Mais non, je ne fais rien. J'ai perdu toute douceur ou tact depuis... Depuis deux ans. A moins que je n'en ai jamais eu...
Calypso fait de grands yeux en état de choc vers moi, je reste immobile, caressant du bout des doigts mon paquet de cigarette au fond de ma poche droite. Elle essuie la morve qu'elle a sous le nez, je baisse les yeux par honte ou par dégout. C'est Grand Père qui sera furieux, lui qui voulait que je me marie rapidement. Il parait qu'il a fait la même chose avec Papa et Maman, qu'ils les a forcé à s'aimer,je trouve cela répugnant. Mais bon, finalement, ils sont tombés sous le charme et aujourd'hui ils sont heureux. Papa a prit de l'âge, il reste cependant toujours parfaits même avec ses légers cheveux blancs. Il parait qu'il m'a céder son titre de plus beau dieu de l'Olympe mais pour moi, il le possède toujours.Il n'y a qu'a voir son sourire pour s'en rendre compte, papa est toujours le bel homme qu'il était. Quant à Maman, l'âge qu'elle a aujourd'hui ne pèse pas sur sa volonté et sa force au combats. Elle se bat toujours en armure, même si son principal combat est maintenant celui de dresser sa fille. Kiara quant à elle a deux ans de plus que moi physiquement, mais sept de moins mentalement. Elle s'est tout de même assagit, même si elle continue de faire quelques crises et de n'en faire qu'a sa tête. Elle a un petit ami depuis trois mois, qui lui est beaucoup plus calme et sérieux, et avec qui étrangement, je m'entends très bien, je lui fais confiance. Quant à moi...
    HYDRON ▬ Je dois aller sur Terre. Bye.
Mes cheveux se sont assombris, ils sont passés du blond pour devenir comme ceux de mon père, charbonneux. Mes yeux ont gardés leur teinte glacée, c'est ma plus grande fierté sans doute, mon regard toujours aussi froid. J'ai pris dix centimètres en devenant un Dieu adulte, si bien que je mesure 1m95, autant dire que je suis immense. Ma peau reste assez pâle et supporte avec peine le soleil. Ma carrure s'est affirmée et épaissie, j'ai deux énormes tablettes sur le torse, comme si je portais un bouclier en permanence sous ma tunique que je ne met que très peu souvent. La plupart du temps, comme aujourd'hui, j'opte pour une tee-shirt long et simple accompagné d'un jean délavé. Mes mains sont immenses, et Kiara s'amure souvent à les comparer aux siennes, se moquant de moi en affirmant moqueuse que j'avais des briques à la place des mains. Je suis toujours aussi froid au toucher, mais ça s'est encore affirmé, si bien que les gens évitent de me frôler. Grand Père dit que c'est normal et que la température de mon corps devrait bientôt se stabiliser, qu'il faut être patient dans la vie. Je passe mes journées au bord d'un lac aux eaux glacées, à discuter avec Crépuscule, mon loup. Ça fais deux ans, que je suis ainsi.

La transformation d'un dieu adolescent en adulte effectue beaucoup de changement sur son organisme ainsi que sur son esprit. Le plus douloureux, c'est la transformation, le passage entre ses deux stades. Ça dure seulement quelques mois. Le dieu en question devient froid, distant, solitaire, mal. Il regarde le vide sans aucune envie, et surtout, il oublie beaucoup de choses. J'ai oublié son visage, son nom, pourtant je sais qu'elle existe, et que je l'ai aimé comme personne. Je ne sais plus qui elle est. A mon plus grand désespoir, je ne l'avais jamais présenté à personne, notre relation avait dut être courte alors. Si bien que personne ne peux rien me dire sur elle. Je ne sais même plus quand je l'ai rencontré. Je me souviens juste du gout de ses lèvres et de son parfum. Je pense souvent à elle, j'essaye de me souvenir, je me creuse les méninges si profondément que mon esprit menace d'exploser... Qui était-elle ? Qui était cette femme que j'ai tant aimé ?

Je descend sur terre à une vitesse folle, perdu dans mes pensées. Une boulangerie se dresse devant moi, j'observe la vitrine qu'elle présente sans un mot. Devant moi se dresse des desserts tous plus beaux les uns que les autres, et des prix tous plus élevés les uns que les autres. Mais je me fiche de l'argent, je suis un Dieu après tout, un Dieu de l'hiver, et de la glace. J'entre alors dans l'échoppe, couvrant du regard mes pieds en converses.


Dernière édition par Apollon le Sam 23 Mar - 2:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divin-world.1fr1.net
Athéna~
Admin
avatar

Messages : 1461
Date d'inscription : 29/06/2012

MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Sam 1 Déc - 17:19

« Dégage.. »
Hydron & Cassy


Je pose le lourd plateau rempli d'éclair au chocolat sur le comptoir, et je m'active à les ranger proprement dans la vitrine. Une mèche de cheveux tombe devant mes yeux, et je grogne à voix basse, pour éviter que l'on m'entende dans la boutique. Je la remets en place comme je peux avec mon avant bras, continuant mon travail. Une fois cette action finie, je souris en voyant le résultat : tout est bien droit, parallèle, et de même taille. La boulangerie a bien changer, elle a été rachetée par une couple d’investisseur, et la gérante, une dame de cinquante ans, et une femme juste. Elle voulait prendre son propre personnel, mais n'ayant nul part ou aller, elle a accepter de me garder, malgré ses habitudes. Le garage sous la boutique, dans lequel je vivais, a été repeint et équiper d'une vraie cuisine et d'un salle de bain convenable. Une vie bien meilleure que celle que j'aurais pus avoir, mais un gout amer dans ma bouche est fortement présent aujourd'hui ; j'ai 18 ans. Et en 18 ans de vie, j'ai été capable de me relever de nombreuse fois. Quand j'ai appris le travail de ma mère. Une chute sans fin, un sentiment de dégout avait dominer sur moi au moins deux mois, puis j'avais fini par accepter, et de toute façon je ne pouvais rien y faire. J'ai de nombreuse fois tenter de la convaincre de changer, mais jamais elle ne m'a prise au sérieux. Et ça a fini par la tuer. Puis à sa mort, quand j'ai appris ma nature de demi-dieu.. Sa mort m'affectant peu, je savais depuis longtemps que ça devait arriver aussi brutalement et aussi vite. Mais le fait d'apprendre qu'un dieu, quelqu'un avec des moyens, m'avait laisser crever dans un trou à rat, moi sa fille.. Puis la dernière déception, un homme. Mais ça c'est trop frai pour m'en rappeler, j'ai 18 ans, et ce soir j'ai décider de sortir en boite, après tout, faut s'amuser un peu dans la vie..

Souriante, je sers une cliente, puis je demande à ma collègue présente ce jour-là de prendre le relai quelques instants, pour aller me passer de l'eau fraiche sur le visage. Elle hoche la tête, c'est l'heure creuse, on a pas grand monde, une personne suffit largement pour s'occuper des quelques clients arrivant au compte-goutte. La boulangerie; au fil du temps, a fini par être connue dans toute la région. Deux autres, à notre image, ont ouvert plus loin, dans les villes voisines, et elles marchent très bien. Je descends quelques marches, pour atterrir dans mon minuscule lieu de vie. Je me passe de l'eau sur les joues, m'observant dans le miroir : Je suis assez grande, très mince, avec un aspect de fragilité toujours présent, malgré le temps passé. Mes yeux verts sont le cœur de mon être, leur couleur émeraude ne disparait pas, elle s'éclaire juste de plus en plus. Mes cheveux roux ont poussés, mais j'ai encore droit à certaines remarques au lycée. Oui, j'ai repris mes études, je passe mon bac dans quelques mois, et je suis plutôt bonne élève en fait. Je glisse une main sur ma joue doucement, pour sentir ma peau douce. Une peau digne d'un bébé de quelques mois, sans imperfections, je ne mets d'ailleurs jamais de fond de teint. Je me regarde de profil dans le miroir, toujours complexée par mes formes, même si maintenant je n'ai rien à envier à personne : mes seins, toujours petits à mon grand désespoir ont en fait une taille tout à fait convenable, plus gros donnerait une sensation de déséquilibre avec mon ventre plat, ou l'on voit même mes côtes par endroit. Mes fesses, hautes et musclées sont bien l'un de mes plus beaux atouts : avec la course à pied que je pratique depuis des mois, je suis devenue forte, et mes jambes sont longues et finement habillées de muscles. Je soupire, puis je remonte pour ne pas me prendre une remarque dans la figure. Bien sûr, une fois en haut, ma collègue demande à prendre une pause cigarette à sont tour, et elle sort de la boutique rapidement, pour aller fumer. Complètement accro, c'est malheureux... La porte sonne, et je pose les grand plateau de croissant que j'étais en train de disposer, avant d'être gênée : l'homme devant moi, immense, me domine facilement, pourtant je suis loin d'être une petite femme. Je tire sur mon tablier, l'observant en coin, sans le reconnaitre ; je ne distingue pas son visage, il fixe ses pieds. Son comportement dénote avec son physique, on dirait un garçon timide, alors que ses muscles ferait taire n'importe qui osant s'en prendre à lui. Je souris, et je demande de m voix douce et tendre :
« Bonjour Monsieur, je peux vous aider? Aujourd'hui, le pain du jour est un pain de seigle. »
Le garçon daigne enfin lever son regard vers moi, et je sens quelques chose en moi se déchirer, en croisant le regard glacé qui s'en émane. Un cri s'échappe malgré moi, et je plaque une main sur ma bouche pour me faire taire, sous le choc. J'en laissa tomber le plateau que j'avais mis en équilibre sur mon bras droit. Mon cœur bat vite, tellement vite que j'ai la sensation qu'il va exploser. Je me mords la joue, dos au géant maintenant, cherchant ma respiration. Mais qu'est-ce qu'il fiche ici? ça fait deux ans que je n'ai aucune nouvelle. Je commençais tout juste à reprendre gout à la vie quand il était parti, me laissant seule avec ma douleur. Je serrais les poings, je ne pouvait pas tourner le dos à un client, c'est contraire au règlement. Je baisse donc les yeux sur mes mains fines et étonnement lisses, malgré un travail fatiguant et physique. Ma voix s'étrangle dans ma gorge, et je suis partagée entre le désir de le tuer et celui de le serrer contre moi. Tu m'a tellement manqué.. Mais tu es parti, c'est comme ça, ma confiance est perdue, elle est morte. Je sors une phrase au hasard, la première qui me viens. Une phrase sèche, et qui pourrait me valoir un licenciement vu que je ne peux pas parler ainsi à un client, mais tant pis, je me sens obligée de la dire.
« Qu'est-ce que tu fais ici Hydron? Dégage. »

© codage by Lou'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollon
Admin
avatar

Messages : 1485
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 23
Localisation : Dans les nuages...

MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Sam 1 Déc - 17:54

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
La boulangerie est plutôt vide, il n'y avait que deux clients devant moi, si bien que la queue avançait vite... Mais toujours pas assez. J'avais le temps de penser, encore et encore, de torturer mon esprit fragile.. La serveuse a l'air préoccupée, je connais ce tic, elle a besoin de nicotine. Moi, je caresse du bous des doigts mon paquet, bien en place. Kiara est jalouse du fait que je puisse fumer sans avoir les dents jaunes parce que mes dents son naturellement blanches, elle est pas facile, ma sœur... La queue avance, et je me retrouve devant le comptoir, la serveuse s'excuse et m'explique qu'elle doit aller fumer. Je souris en coin, j'avais raison. Elle me regarde de haut en bas, je pense qu'elle me trouve immense, mais cette hypothèse s'envole en la voyant se mordre la lèvre, elle ne me trouve pas grand, mais mignon... Elle fait un changement avec une autre fille, dont je ne peut pas voir le visage, trop occupé à admirer mes chaussures. Mais qu'est-ce que j'avais aujourd'hui nom d'un chien ?
    CASSY' ▬Bonjour Monsieur, je peux vous aider? Aujourd'hui, le pain du jour est un pain de seigle.

Cette voix... Je relève la tête d'un coup, des yeux grands ouverts. Je croise son regard, son magnifique regard, celui que j'avais tant aimé... Mes poings se serrent, imités par mes dents, mes yeux incroyables la fixent, ne sachant plus eux même si c'est la réalité. Il suffisait d'un seul regard, et voilà que je me souvenais de tout. Ses yeux émeraudes, ses cheveux roux, son sourire, ses mains minuscules, son rire, sa colère, le gout de ses lèvres, le teint de son visage, le parfum au creux de son cou... Chaque détail me revient. Manquant de me briser le crâne. Tout arrive si vite, trop vite, que des sentiments prennent part de mon corps en un soupir. Là voilà, la fille que j'ai tant aimé.
    CASSY' ▬Qu'est-ce que tu fais ici Hydron? Dégage.

La réalité me frappe en pleine tête, comme une gigantesque claque des plus douloureuse. Je suis tout à coup moins droit, moins sûr de moi, moins ailleurs. Non, je suis bien là, au milieu de cette boulangerie. Et moi comme un crétin je l'ai tout simplement oublier. Comment avais-je pu ? Elle avait été si importante pour moi, comment e l'espace de deux mois j'avais pus oublier son visage ? Je me sens bête, affaibli, et je ne sais pas comment réagir. Je me demande même si il y a une réaction propre à cette scène, la réponse est bien évidement non : il n'arrive pas souvent aux gens de littéralement oublier leur petite amie.
    HYDRON ▬ C...Cassy... Je...
Je quoi ? Qu'est-ce que je dois dire ? Je dois faire quoi là ? Elle va me chasser, me foutre dehors, et moi je vais rester comme un con sur le trottoir, voilà tout ce qui va se passer. Tout simplement parce que je ne peux vraiment pas réagir. Dites moi ce que je dois faire ! Elle est là, devant moi, je l'ai laissé seule pendant deux ans... Attends même, j'ai pire. Peut être même qu'elle sait retrouvé quelqu'un, ce qui serait normal après un connard comme moi. Peut être même qu'elle est heureuse...

Je comprend alors ce vide que j'éprouvais depuis deux ans, cette impossibilité d'aimer ou de prononcer les mots clés de l'amour, même pour plaisanter. Comme si mon cerveau cachait quelque chose depuis le début, et qu'il ne choisissait que maintenant de me l'annoncer : j'avais une petite amie, je l'avais délaissé, je suis un connard.



Dernière édition par Apollon le Dim 2 Déc - 13:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divin-world.1fr1.net
Athéna~
Admin
avatar

Messages : 1461
Date d'inscription : 29/06/2012

MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Dim 2 Déc - 10:38

« Dégage.. »
Hydron & Cassy


Je fixe l'homme devant moi, c'est bien un homme maintenant, sans pouvoir bouger, sous le choc. Je ne respire plus, sans même m'en rendre compte. Il y a juste mes yeux, accrochés à lui, à sa silhouette qui bougent. Il a grandi, mais il s'est aussi terriblement musclé. Si je n'avais pas croisé je n'aurais pas reconnu l'adolescent que j'ai connu deux ans auparavant. Ses muscles se dessinent sous son T-shirt, mais je doute encore aujourd'hui de ce qu'il y a dessous. Il n'a pas de coeur. Le soir ou il n'est pas venu, le soir ou j'avais décider de sauter le pas avec, par ce que j'avais confiance en lui, toute ma vie s'est effondrée. Chaque soir pendant huit mois j'ai été à notre table, seule, comme pour l'attendre. Avec le fol espoir de le voir ouvrir la porte, et s'excuser pour son retard. Ce type n'est qu'un connard, qui m'avait promis de belles choses. Je serrais les dents, attendant qu'il déguerpisse. Sauf qu'il se contenta de prononcer mon prénom, hésitant. Je pris le plateau près de ma main, et je le jetais de toutes mes forces sur lui, hurlant :

« Connard ! Dégage ! »

Ma voix tremble de rage, de frustration. Si j'écoute mon âme, je me jette sur lui, lacérant son visage à coup de griffe, arrachant des lambeaux de peau. Sauf que je ne peux que crier ma peur, ma douleur, de peur de le toucher, de l'approcher. Ses mains immenses pourrait broyer mon bras si il le souhaitait, et je n'ai nullement envie de finir amputée. J'ignore pourquoi il est venu, mais je sais pourquoi il va repartir. Je prends un second plateau, plein de croissants cette fois-ci. Je les jettes au sol ; ça sera retenu sur ma paye, mais tant pis. Puis je m'approche de lui, et je le lance sur son épaule, le touchant de nouveau. Mes yeux lancent des éclairs, mes mains tremblent, et ma machoire est contracte au possible. J'ai toujours eu du caractère, se moquer de moi n'est pas une bonne idée. Je hurle de nouveau, avec ce besoin d'évacuer ma surprise :

« Repars d’où tu viens, laisse moi tranquille ! Oublie moi de nouveau, puisque tu sais si bien le faire..! »
Je me revoie, assise seule, en train de boire ma grenadine, le coeur battant à l'idée de sa venue. Je me revoie dans ses bras, à l'époque bien moins puissants, en train de somnoler, m'enivrant de son odeur de poivre et de menthe. Je me revoie en train de le détailler pour la première fois, plaquée au mur, secouée, quand il me demandait pourquoi je fouillais dans la chambre de ses parents. Je me revoie avec lui, et mon coeur se serre, les larmes montent, et mes yeux s'humidifient. Je me détourne, face au comptoir, dos à lui, et pour la troisième fois j'ordonne, je supplie :
« Dégage. »

© codage by Lou'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollon
Admin
avatar

Messages : 1485
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 23
Localisation : Dans les nuages...

MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Dim 2 Déc - 13:59

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
    CASSY' ▬ Connard ! Dégage
Je la regarde, perdu, suppliant. Je la comprend, mais ces mots me déchirent, je me déteste tout simplement. J'aurai juste envie de la prendre dans mes bras, de ramper à ses pieds, sauf que ce serait bien lâche de ma part, de jouer les martyres. Je n'avais pas été prévenu du fait que je l'oubliais. Mais que c'était-il passé dans mon cerveau pendant ces deux mois ? Avais-je été sous le contrôle d'une espèce d'hypnose contre laquelle je ne pouvais pas lutter ? Etais-je, si faible...?
    CASSY' ▬ Repars d’où tu viens, laisse moi tranquille ! Oublie moi de nouveau, puisque tu sais si bien le faire..!

Hum. Ca fait vraiment mal. Mon coeur se serre un peu plus, je soupire, baisse les yeux, comme un gamin qu'on engueule. Je recule, d'un ou deux pas. Je cherche les mots qu'il faudrait dire, les choses qui pourrait calmer sa rage, mais je ne trouve rien, je suis littéralement coincé. Ma poitrine me fait mal, j'ai des noeuds au ventre. Pourquoi est-ce si désagréable tout ça ? Et moi qui rêvais de me souvenir de son image, le rêve tourne au cauchemar... Elle me supplie de partir, d'une plus petite voix, je relève le menton et hoche la tête. Il faut que je réfléchisse, que j'ai le temps de trouver une solution... Là tout vas trop vite, tout défile devant mes yeux et mon cerveau bouillonne, je ne trouverai rien ici. Je recule donc un peu plus et sort de la boulangerie. L'air frai comprime ma peau, il me vient comme une vieille connaissance. Mes yeux incroyablement froids regardent autour d'eux, paniqués, je marche et m'assoit ensuite sur les marches d'une maison. Je prend ma tête entre mes mains, essayant de ralentir les battements de mon coeur. Etait-ce de la peur que je ressentais ? Je l'ignore. Là, s'écoule des secondes, des minutes, des heures, sans que je ne les vois passées. Je sais que je devrais rentrer, m'excuser de mon absence et reprendre ma vie de Dieu, mais j'en suis incapable. Une seule personne hante mes pensées : Cassy. Je tente de comprendre ma perte de la mémoire, de me rappeler à que moment j'ai commencé à oublier sa voix, son visage... Comment se faisait-il que le gout de ses lèvres m'était resté ? Un gout qui devint amer au fil du temps.
Soudainement, j'entend la porte du personnel de la boulangerie s'ouvrir, celle qui mène à l'extérieur. Là elle apparait, enveloppée dans une écharpe, c'est l'hiver et moi je suis en tee-shirt en en jean, pas dieu de l'hiver pour rien. En deux ans, j'avais eu le temps d'être reconnu comme véritable Dieu et d'être prit plus au sérieux, à la plus grande fierté de mes parents, à la plus grande jalousie d'Aphrodite, qui regrettais le bébé qu'elle tenait il y a quelques temps entre ses bras... Sans attendre, je me lève, la rejoins au pas de course, je n'ai rien à perdre, de la bouée s'échappe de la bouche, et mes bras nus n'ont même pas froid.
    HYDRON ▬ Cassy ! Cassy, arrêtes toi ! Il faut qu'on parle !
Elle m'ignore royalement, mais je persévère, la suivant partout à travers les rues. Appelant son prénom des centaines de fois, je n'ai plus rien à perdre, je l'ai déjà perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divin-world.1fr1.net
Athéna~
Admin
avatar

Messages : 1461
Date d'inscription : 29/06/2012

MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Dim 2 Déc - 16:35

« Dégage.. »
Hydron & Cassy


Je sortis finalement après mon service, fatiguée, mais surtout bouleversée. J'avais été sèche, je le savais. Mais si je me laissant faire, si je le laissait s'expliquer, je risquais de craquer de nouveau, de tomber de nouveau amoureuse de lui. D'ailleurs, ne le suis-je pas encore? Je grogne à cette idée, ce n'est pas possible. Ce n'est pas par ce qu'il est devenu encore plus beau qu'avant que je dois devenir une vraie mollasse. Je claque la porte derrière la boutique, et je sors dans le froid, enroulant mon écharpe autour de mon cou. Il fait terriblement froid, et mes joues deviennent rouges en quelques secondes seulement. Puis une voix s'élève dans mon dos, et je frémis en la reconnaissant. J'accélère le pas, l'ignorant totalement, détournant le regard, lui tournant le dos. Je ne veux pas lui parler, je veux le faire souffrir autant qu'il m'a faite souffrir. Je tousse un peu, frigorifiée, avant de croiser une amie. Ma seule amie en fait, je pense, la seule qui sais mon origine sociale, et la seule à qui je peux me confier. La seule qui sait pour Hydron, aussi.. Celle qui me présente chaque semaine ses amis dans l'espoir que je sorte avec l'un d'eux, ce qui ne c'est jamais fait. Elle me serre dans ses bras, sans reconnaitre hydron au début. Elle me souris, d'un air satisfait :

« Antoine voulait t"inviter au cinéma ce soir, et m'a demander de te le dire, mais je vois que tu est accompagnée..

Puis elle observa celui qu'elle prenait pour un ami, avant de pousser le même cri que moi à la boulangerie, et de me fixer. D'un air sévère, du genre qu'est-ce tu fou avec lui.. J'hausse les épaules, lui faisait comprendre par le regard que je ne lui parle pas. Du moins pas encore, à force de l'écouter, j'ai envie de lui laisser une chance de s'expliquer. Mais Justine n'est pas cet avis, je le sais, et quand elle se dirige vers Hydron j'ai un pincement au coeur. Elle va pas être tendre, il le sait, quand on étais en sortie tout les trois, ou avec un des copains de ma meilleure amie, elle lui reprochait beaucoup de chose, et au final il avait fini par s'habituer à sa présence. Elle fronçais les sourcils, et cria en pleine rue, me mettant dans un embarras immense :

« Non mais t'es un vrai connard toi ! »

Je lui attrapait le bras, pour qu'elle se calme, ne voulant pas d'histoire avec la police pour bagarre en plein rue. Puis hydron fixa mon amie, demandant qui elle est. Qui est justine, ma meilleure amie, celle que nous avons fréquenter pendant quelques mois au moins trois fois par semaine. Je cligne des yeux, le fixant, interloquée. Je m'approche de lui, avec un fol espoir. Et si .. non, c'est impossible. C'est juste un connard qui m'a laisser tomber, se moquant de savoir si j'étais capable de survivre à ça. Cependant, ma curiosité l'emporta, et je repoussais Justine, qui me tirais plus loin, voulant laisser Hydron. Elle soupirais, et me dis qu'elle m'attendais au bar habituel. J'acquiesçais d'un signe de tête, puis je croisais les bras sur ma poitrine, voulant une explication, laissant finalement sa chance à Hydron.
« Tu ne te rappelle pas de Justine? ... tu.. tu es sûr que ça va? »

© codage by Lou'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollon
Admin
avatar

Messages : 1485
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 23
Localisation : Dans les nuages...

MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Dim 2 Déc - 20:07

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Tout à coup, elle s'arrête. Mon coeur palpite, je pense que c'est pour moi, qu'elle accepte que je lui explique tout ça, mais non. Une fille vient lui parler, elle a son âge, mais elle n'est pas aussi jolie qu'elle. Elle parle avec elle, un moment, et moi je reste planté là, impuissant, n'y comprenant rien. Elle lui parle d'un autre garçon, je serre les dents, mais je me trouve finalement ridicule, c'est ma faute tout ça...Je ne sais si cette fille va m'aider ou non.
    JUSTINE ▬ Non mais t'es un vrai connard toi !

Apparemment non. Pire que cela, elle m'enfonçait. J'étais déjà dans la merde jusqu'au cou, il fallait que j'y plonge ma tête, super. mais cette fois je ne me permet pas de baisser les yeux, je dois parler à Cassy, je n'ai pas le choix, je ne peux pas continuer de vivre en ignorant tout ça, en l'ignorant la femme que j'aime... Voilà que je parle au présent. Suis-je devenu fou ? Ce n'est qu'un grossier cauchemar, je vais me réveiller, sur ce banc à ses cotés, sa tête sur mon épaule et tout deux enlacés, son sourire sur les lèvres et mes yeux bleus scrutant son visage endormi. Oui c'est ça, c'est ce qui va se passer. Je n'ai qu'a cligner des yeux ou me pincer, bientôt tout sera finit. Je poserai ma main sur mon coeur, choqué et remercierai le ciel que tout cela soit un rêve... Oh, si seulement...
    HYDRON ▬ Je sais oui. Mais je ne vois pas en quoi cela vous concerne, mademoiselle. Vous êtes qui d'ailleurs ?
Elles font, Cassy et elle des yeux gigantesques. Justine, je crois, prend ça pour une plaisanterie grotesque et recule, effarée, lançant à toute vitesse des injures intraduisibles entre ses dents. Elle m'accuse de me permettre de jouer la comédie dans un moment pareil, et je la regarde, ne comprenant pas ce qu'elle veut dire. Qu'est-ce qu'elle me raconte cette fille ? Je ne la connais pas ! Cassy, qui ne parlait pas jusque maintenant, songeuse, ouvre enfin la bouche.
    CASSY' ▬ Tu ne te rappelle pas de Justine? ... tu.. tu es sûr que ça va?

Je fronce les sourcils. Est-ce vraiment moi le fou dans toute cette histoire ? C'est pas plutôt elles qui sont tombées sur la tête ? Comment ça Justine ? Cassy me regarde bizarrement, comme une mère regarde inquiète son petit garçon malade. Je creuse alors dans ma mémoire, tâchant de me souvenir de cette fameuse fille, mais rien, tout est vide. Et je ne comprend toujours rien.
    HYDRON ▬ Ben non... Pourquoi je devrais la connaitre ? Oh, je l'ai peut être rencontré une fois quelque part mais je ne m'en souviens pas, désolé... Et je vais très bien, j'aimerai juste t'expliquer !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divin-world.1fr1.net
Athéna~
Admin
avatar

Messages : 1461
Date d'inscription : 29/06/2012

MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Lun 3 Déc - 18:14

« Dégage.. »
Hydron & Cassy


J'observe Hyrdon, silencieuse, jusqu'à ce qu'il se mette à parler. Ben non... Pourquoi je devrais la connaitre ? Oh, je l'ai peut être rencontré une fois quelque part mais je ne m'en souviens pas, désolé... Et je vais très bien, j'aimerai juste t'expliquer ! Sous le choc, je le fixe, comme une sardine abandonnée sur le pont d'un bateau. Là, il doit vraiment avoir un problème, Justine n'est pas le genre de personne qu'on oublie, encore moins quand on la croise autant qu'il l'a fait ! Je réfléchis un peu, hésitante. Dois-je l'ignorer de nouveau, par ce qu'il fait ça juste pour se rendre intéressant, ou dois-je l'écouter, chercher à comprendre? Je frisonne, en l'observant. Puis je soupire. Et voilà , ma curiosité va reprendre le dessus.. J'éternue, et je grogne, j'ai super froid, je veux rentrer au chaud. En effet, moi pouvoir me permettant de tempérer mon corps à une certaine température ambiance ne m'a pas servit depuis deux ans, je n'en use plus, je sais même pas si j'y arrive encore. Je regarde le beau garçon devant moi, en manche courte comme si c'était normal et je fronce les sourcils, attrapant son bras, avant de le lâche immédiatement, un regard plein de peur le scrutant. Il est devenu glacé. Autant physiquement que dans ses paroles je trouve. Je feule, comme un chaton, pour exprimer mon mécontentement, et le froid que je ressens. Puis je tourne les talons vers un café proche, suivie de près par le dieu de l'hiver. Je me pose à une table à l'intérieur, dans cet endroit bien chauffé, bien abrité, et un sourire apparait quelques millièmes de secondes sur mes lèvres pourpres. Puis je passe une main dans mes cheveux arrivant maintenant au creux de mes reines, et je lance :
« Explique-toi, je t'écoute. Tu as trois minutes, si tu mens je me barre et si tu te repointe devant moi je te tue, c'est clair? »
Ma voix est sèche, distante, froide, cassante, presque méchante. Je te hais, Hydron, je te hais pour ce que tu m'a fait subir, mais je te hais aussi car quand tu es là, j'ai l'impression que mon coeur n'est plus à moi, qu'il ne m'appartiens plus. Je t'écoute à peine commencer ton explication, puis je te coupe au milieu d'une phrase. J'ai soif, je crève de soif, de froid, de fatigue, après chaque journée de travail je suis abimée, éreintée, alors laisse moi le temps de me désaltérer. Le serveur, un bel homme, apporte mon chocolat chaud et ta boisson vite, me draguais ouvertement, me complimentant sur ms cheveux hors du commun. Je ne relève pas, j'attends qu'il parte, muette. Puis je porte mon verre à ma bouche, profitant de la douce sensation du chocolat dans ma gorge. Presque aussi agréable que tes lèvres. Je soupire, réajustant mon écharpe, avant de te lancer gentiment, presque désolée de t'avoir interrompu :

« Désolée, j'avais soif.. Tu peux reprendre s'il-te-plais..?.. »
Je j'écoute alors sans t'interrompre, une main sur la table, l'autre sur ma cuisse, comme une poupée de chiffon : sans réaction, sous le choc. Tes mots chamboulent tout ce que je pensais être vrai depuis deux ans, et mes yeux s'emplissent de larmes. Rage, bonheur ou espoir..?


© codage by Lou'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollon
Admin
avatar

Messages : 1485
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 23
Localisation : Dans les nuages...

MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Lun 3 Déc - 21:11

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Elle a réagit de la même façon que maman, lorsqu'elle m'a touchée le bras. Elle a de suite retirée sa main, comme si elle s'était brulée, et n'avait rien ajoutée. Elle m'a regardé, comme si j'étais devenu quelqu'un d'autre, une sorte d'homme de glace. Comme si je n'étais qu'un mirage produit par la neige, et que d'un seul coup je pouvais disparaître en milliers de flocons. Elle se met à marcher vers un café. Ayant deviné son froid, je la suis, de toute façon incapable de faire autrement. Je la fixe, enroulée dans son écharpe, elle est belle, elle est sublime même. Je soupire, m'assoit là où elle me l'indique, obéissant, ce qui ne me ressemble pas. Mais j'ai muri dernièrement, ça se voit non ?[list]
    CASSY' ▬ Explique-toi, je t'écoute. Tu as trois minutes, si tu mens je me barre et si tu te repointe devant moi je te tue, c'est clair ?

Je hoche la tête, tellement heureux. Je cache mon sourire. Une chance, j'ai une chance. A moi de la saisir fermement et de ne jamais la lâcher. Elle est là, elle m'écoute désormais, j'ai une chance, une seule. Si elle part, je ne me le pardonnerai jamais. Sa voix est plutôt sèche, mais je suis trop heureux pour en être déstabilisé, ce qui compte c'est qu'elle m'écoute.
Tout à coup, alors que je venais de commencer mon explication de quelques phrases, elle m’interrompt et s'excuse, elle a soif. Ça ne me dérange pas du tout, mais le fait qu'elle s'excuse m'est touchant. Je la laisse commander, jamais très bavard, ça, ça n'a pas changer.
Un serveur lui apporte un verre d'eau, il se met à la complimenter, la couvrir du regard, et je plisse les yeux. Oh, je dois être absolument ridicule, mais je m'en contre fiche. Oui ce n'est plus ma petite amie, mais c'est hors de question que je la laisse se faire draguer ouvertement devant moi alors que je l'aime encore, comme un fou en plus de ça. Je me racle bruyamment la gorge et m'adresse d'une voix tranchante au serveur.
    HYDRON ▬ Ça va, je dérange ? Vous voulez vous asseoir aussi peut être ? Attendez, je vais vous laisser ma place... Tss.
Il me regarde, mes yeux sont glacés, je l'entend frissonner et claquer des dents. Il s'incline avant de déguerpir au pas de course. Je me demande si il ne va pas revenir au pas de course lorsque j'aurai le dos tourner, mais je l'attendrais aussi. Je soupire un peu, fixant mes doigts, l'envie de poser mon regard sur mes pieds est immense, un peu lâche. Mais la situation est difficile, insoutenable, et à vrai dire, j'ai peur de la perdre, et ça me fais mal tout ça.
    CASSY' ▬ Désolée, j'avais soif.. Tu peux reprendre s'il-te-plais..?..

Je souris, répondant à son sourire à elle. Mon coeur se fait plus léger en la voyant me parler gentiment. Je me redresse un peu sur mon siège et reprend. Je lui explique tout en détail, n'oubliant rien. Ma transformation, ma perte de la mémoire, mon choc en la voyant, mes malaises lorsqu'une fille me disait qu'elle m'aimait, mon nouveau statut... Je n'oublie rien. Je veux qu'elle sache tout, que quoi qu'il arrive je sais que je peux tout lui dire, car je n'ai rien à lui cacher. Que je ne m'en veuille plus face à des secrets trop lourds. Je veux être libéré, enfin, d'un poids énorme. Et elle m'écoute, elle ne bronche pas, ne fait aucun commentaire. Et tandis que je parle je rêve de toucher sa peau, comme elle doit être douce... Je vois son visage devenir plus rond face à l'étonnement, je comprend. Je suis honnête dans mes propos, je n'ai plus rien à perdre. Même si elle ne m'aime plus, je veux que tout soit clair. Au bous d'une bonne vingtaine de minutes, je m'arrêtes enfin, bras croisés. J'ai plus parler en ses vingt minutes que pendant toute une année. J'ai parler plus du délai qu'elle m'avait attribué, mais elle ne m'a pas interrompu, alors j'ai continué. Je suis vidé, fatigué, j'ai une crampe à la langue, mais je suis bien, incroyablement bien.
    HYDRON ▬ Voilà. Tu sais tout, Cassandre.
Conclus-je, yeux dans les yeux avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divin-world.1fr1.net
Athéna~
Admin
avatar

Messages : 1461
Date d'inscription : 29/06/2012

MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Mer 5 Déc - 11:00

« Dégage.. »
Hydron & Cassy


Je grogne doucement en entendant Hydron répondre aussi sèchement et aussi méchamment au serveur. Certes, sa technique de drague est loin d'être délicate et aboutie, mais ce n'est pas une raison pour de telles réflexions. Je soupire, et lui demande avec douceur de ne pas lui parler comme ça. Et puis, je ne lui appartiens plus, je ne suis plus à lui, il n'a aucun droits sur moi. Mon corps, mon coeur sont à moi, et je décide de mon propre chef qui peut en disposer. Je n'apprécie pas du tout qu'il l'éloigne, il est mignon en plus. Je n'ai pas l'intention d'aller plus loin, mais le voir rager me fait sourire en coin. J'ai changer en deux ans de solitude, je suis devenue une femme forte, l'adolescente d'autrefois, la gamine perdue a disparue. Même si elle est là, au fond de moi, je la cache, je range ma vie comme je le souhaite, je m'affirme enfin. Et ce n'est pas un homme qui va changer ça, j'ai gouter à la liberté Hydron, et même si l'envie de te sentir de nouveau contre moi me tort le coeur, je ne peux pas ramper de nouveau devant toi pour t'avoir. Reste froid si tu le désire, moi je ne suis plus celle qui mets tout en oeuvre pour te faire fondre. Du moins, je ne pense pas..
« Hydron, arrête, il n'a rien fait.. »
Puis tu reprends ton explication. Je ne dis rien, je ne regarde même pas ma montre, tu dût largement dépasser les trois minutes, mais je m'en fiche, je m'en fou, je veux juste que tu parle encore et encore, je veux savoir la vérité. J'avoue que ça me parait un peu tiré par les cheveux, voir totalement impossible dans les débuts, mais plus tu parle, plus j'ai l'impression que tu dis ce qu'il t'es réellement arrivé. Quand tu me raconte ce que tu a ressentis dans la boulangerie en me voyant, mes yeux se noient dans des larmes salées, mais je les retiens, je ne veux pas pleurer. Au fond, tu m'a tellement fait mal, tu m'a tellement fait souffert que mes larmes ne doivent pas couler pour toi. Je me mord la lèvre, pour ne pas pleurer. Toi aussi tu m'a terriblement manquer.. Mais ce n'est plus possible : tu l'a dis toi-même, tu es un dieu majeur maintenant, tu a des responsabilités, tu dois avoir un agenda bien rempli, et puis surtout tu vas devoir te marier. Et les dieux, je ne les aiment pas, je suis un bâtarde de leur entrailles, c'est pas fait pour les apprécier... Je soupire, et je fixe une miette sur la table, totalement perdue, sans même savoir ce que je veux. Malgré tout mes arguments, malgré tout ce que je me rappelle mentalement, l'envie que tu me prenne dans tes bras, que tu m'embrasse, que tu me protège reste aussi forte. Qu'ai-je fait pour mériter ça?..

« Hydron, je sais pas quoi dire.. Le fait que tu sois parti ne change pas, peu importe la raison. Je t'ai attendu tu sais.. »
Je sens une larme couler sur ma joue, je n'ai pas réussis à la retenir, et rien que pour ça, je me déteste. Je voulais être forte devant toi, et voilà que je pleure comme une gamine de dix ans à qui on aurait voler sa peluche. Le serveur reviens, et me demande si tout vas bien, te jetant un regard noir chargé de reproche. C'en est trop, je me lève brusquement, courant dehors, secouée de sanglots muets. Je m'adosse à un mur, cette fois en pleurs, mes petits poings serrés, mes joues humides et fraiches. Le froid et vivifiant, mais je n'ai pas pris le temps de prendre mon manteau en sortant précipitamment. Je frisonne, puis je m'assois dans le doux coton blanc, fatiguée, mes dernières forces partie en fumée en apprenant la vérité. Tu ne m'avais pas oubliée .. Et si j'avais chercher plus loin, peut-être t'aurais-je revu avant deux ans? Et si la fautive, c'était moi..?


© codage by Lou'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollon
Admin
avatar

Messages : 1485
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 23
Localisation : Dans les nuages...

MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Mer 5 Déc - 13:55

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Elle me demande, de la douceur dans la voix, de ne pas faire de mal à ce connard de serveur. Je gronde et répond du tac au tac :
    HYDRON ▬ Cassy', c'est pas parce que je suis plus ton copain que je suis prêt à endurer ce genre de chose devant mes yeux.

Elle réfléchit, elle pense. A quoi ? Je ne sais pas. Peut être que je lui fais du mal. Oui, ce doit être ça. Je suis un monstre, le mauvais de l'histoire. Comme dans ses contes pour enfant où la belle princesse se fait ensorcelé par un méchant sorcier qui l'enferme dans un château. Et puis peut être que ce con de serveur est le prince qui viendra la sauver. Ce doit être ça. On a jamais vu un prince qu'on ne peut pas toucher dans frissonner...Je baisse les yeux, elle finit par parler.
    CASSY' ▬ « Hydron, je sais pas quoi dire.. Le fait que tu sois parti ne change pas, peu importe la raison. Je t'ai attendu tu sais.. »

Elle a raison. Tout se confirme. C'est peine perdue sûrement. Et même si elle me donnait une autre chance ce serai une erreur. Qui sait si demain je ne serais pas marié ? Non, nous ne pouvons pas, ça nous ferait du mal à tout les deux.Je vois clairement une larme glissée sur sa joue, je la fixe un long moment. Je lève doucement la main pour lui essuyer, mais je me ravise. Je n'ai pas le droit. Je serre le poing que je repose sur la table, impuissant. Voilà que le serveur revient, me jetant un regard assassin. Mais je m'en moque, tout ce qui m'importe c'est elle à ce moment là. Pourquoi, pourquoi ça se passe comme ça ?! Tout aurait dût être autrement ! Je souffle plusieurs fois. Elle se lève, quittant la table, je l'observe, étonné. Elle court vers la sortie, mon coeur me lance, je déglutis plusieurs fois, pris d'une certaine et peu glamour envie de vomir. Elle vient de me regarder, juste avant de sortir, et ce regard là, c'était celui qu'elle avait il y a deux ans. Je ne peux pas le supporter... C'est... Trop dur...

La tête entre les mains, mes os manquent de se briser sous la pression que j'exerce. Pourquoi ça me fait si mal ? C'est juste une fille... Juste une fille... Quel crétin.

« Hey ! Qu'est-ce que vous faites ici ? »
« Je fais le ménage monsieur...»

Si seulement tout cela n'avait pas eut lieu... Si seulement je l'avais laissé fouiller en paix sans rien dire, si seulement je n'avais pas tant grogner à son égard... Alors peut être ne m'aurait elle pas tant fasciner. Peut être n'aurait-elle pas été la première à me parler sur ce ton... Peut être ne serais-je pas tomber amoureux d'elle...

    HYDRON ▬ S...Shit...
Murmurais-je entre mes dents.

Je me levais d'un bond, n'enfilant rien bien sûr, ne prenant même pas le temps de payer les boissons, je sortais d'un pas sûr et fort, martelant le sol. Je rejoignis Cassy, dehors. Elle était là, elle pleurait. Je déglutis doucement, m'approchant. Mais je m'arrêtais en cours de route, l'observant, elle ne m'avait pas vue. Je déglutis lentement, avant de me lancer :

    HYDRON ▬Ecoute. Je sais que je t'ai fais du mal, et croit moi je paye de mes erreurs, si tu savais à quel point j'ai mal... Mais... Mon père m'a toujours dire de poursuivre mes rêves et de jamais les lâcher... Je peux donc pas te laisser partir, Cassandre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divin-world.1fr1.net
Athéna~
Admin
avatar

Messages : 1461
Date d'inscription : 29/06/2012

MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Mer 5 Déc - 15:58

« Dégage.. »
Hydron & Cassy


Je sens mon coeur faire un bond dans ma poitrine quand je t'entends dire que même si tu n'est plus mon copain tu ne veux pas voir un homme me draguer. Mais il se calme bien vite, tu dois dire ça juste par ce que tu dois trouver ça irrespectueux vu que tu me parle. Je suis déçue Hydron, j'aimerais que tu me prenne dans tes bras, j'aimerais n'être qu'à toi au fond. T’appartenir, être marquée de tes baisers passionnés, me fondre dans tes bras. " J'ai envie de lui obéir. De lui appartenir. De devenir porte-clefs et de me suspendre à sa ceinture". Mais je suis comme une hirondelle, quand on m'approche je m'envole. Je gémis, et je sors. J'ai besoin d'air.

Ja baisse les yeux vers la neige fraiche qui tapisse le sol, et je m'effondre dessus avec douceur, le cousin amortisant ma chute. Je respire doucement, cherchant à remettre mes idées en place. Je te revois encore, me plaquer violemment contre le mur du couloir des chambres de l'olympe, prêt à me tuer si je ne te révélais pas pourquoi je fouillais dans les tiroirs de tes parents. Je te revois aussi, m’amenant à l'infirmerie, attentionné, doux. Doux comme jamais, doux comme je ne t'ai plus jamais vu. Ton coeur était accessible, à cette époque. Maintenant, un mur l'enferme, et je ne suis pas dans l'enceinte, du moins je n'en ai pas l'impression. Ton regard m'a immédiatement touchée, tu étais une bouée de secours, tu m'a sauvée de mainte façon. Je me revois encore, un bleu énorme dans l'ensemble du bas de mon dos, un oeil au beurre noir, les cheveux sales et décoiffés, et toi tu m'a aidée, tu m'a laisser dormir dans une chambre, avec un lit moelleux. Tu n'a pas chercher à abuser de moi, tu n'as pas juger mes origines sociales. Comment pourrais-je oublier tout ça? Jamais je ne serais assez forte pour ça, mon coeur ne bats que pour toi, et depuis deux ans , un vide a besoin de se combler. Mais je n'ai pas les mots pour l'exprimer, pas la force pour te retenir, pas la rage pour te garder.

▬Ecoute. Je sais que je t'ai fais du mal, et croit moi je paye de mes erreurs, si tu savais à quel point j'ai mal... Mais... Mon père m'a toujours dire de poursuivre mes rêves et de jamais les lâcher... Je peux donc pas te laisser partir, Cassandre.

Je te fixe longuement, surprise, totalement sous le choc, toujours dans la neige, derrière le café. Tu reste en retrait, est-ce que je te fais peur? Ou me trouve-tu répugnante et sans classe à ce point? Je me relève, les joues rouges de honte et de froid, les jambes en coton, mais les joues sèches. Mes larmes ne coulent plus, je les retiens, avec peine, mais il est hors de question de me laisser aller de nouveau. Je passe de femme à jeune fille en quelques minutes, tu dois me trouver immature. Physiquement, tu a au moins 21 voir 22 ans, et moi, du haut mes 18 ans et de mes 52 kilos, je ne pourrais même pas te faire ciller en y mettant toutes mes forces. Je ferme les yeux, transie par le froid, cherchant à retrouver la manière de tempérer mon corps. Je serre les dents, les poing, puis je ressens une vive douleur au ventre. Je me plie en deux, et en me redressant je me rends compte qu'en petit pull je n'ai pas froid non plus. Je porte une main devant mon visage, elle est très pâle, mais surtout très froide. Je souris. Finalement, je n'ai pas oublier. Je me tourne vers toi, pouvant te parler sans calquer des dents. Mes yeux vert te fixent, et mes cheveux plein de neige collent sur mes joues. Je vais mettre des heures à les démêler maintenant, mais tant pis. Puis je parle de ma voix claire, inchangée, dans le froid, dégageant de la bouée à chaque mot.
« Qu'est-ce que tu compte faire? Me retenir? M’emmener avec toi chez toi, au milieu des dieux que je hais tant? rester ici, et me faire tuer par ce que je distrait un dieu majeur? C'est pas possible Hydron, je ne veux plus être juste une petite copine, tu comprend? J'ai besoin... j'ai besoin de quelque chose de stable, de vrai, de concret. »

© codage by Lou'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollon
Admin
avatar

Messages : 1485
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 23
Localisation : Dans les nuages...

MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Mer 5 Déc - 16:19

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Ça y est, elle se remet à penser. Ses yeux verts ne bougent plus, si ce n'est que secoués de quelques tremblements, ils fixent un flocon écrasé au sol. Je l'entends soupirer, pendant son flash-back, comme emprisonnée dans des pensées sublimes, comme nostalgique comme cette neige de Janvier. La neige, le froid, moi je connais ça, que trop bien même. Des flocons planent dans mes cheveux, ressortant comme sur du charbon. Et moi je te fixe de mes un mète quatre vingt quinze. Mais même si je suis plus proche du ciel que toi, je n'ai pas froid, je n'ai jamais froid.
    CASSY' ▬ Qu'est-ce que tu compte faire? Me retenir? M’emmener avec toi chez toi, au milieu des dieux que je hais tant? Rester ici, et me faire tuer par ce que je distrait un dieu majeur? C'est pas possible Hydron, je ne veux plus être juste une petite copine, tu comprend? J'ai besoin... j'ai besoin de quelque chose de stable, de vrai, de concret.

Son rêve s'est terminé. Elle me fixe à présent. Ses joues sont roses, et ses lèvres rouge, ses yeux émeraudes... Je m'approche sans m'en rendre compte, mon corps le fait de lui même. J'enregistre sa question, elle se répète en boucle dans ma tête, j'ouvre une, deux, trois fois la bouche mais mon élan ne sert à rien, je ne trouve pas les mots. Je m'approche encore, l'air devient de plus en plus froid, et je sais très bien que c'est ma faute si l'hiver arrive, c'est moi qui le programme désormais. Il ne devait pas neigé aujourd'hui, normalement, pas dans cette partie du globe. Je l'observe, elle tout entière, cette femme que j'ai tant aimé et que j'aime toujours. Alors j'avoue :

    HYDRON ▬ Je ne sais pas ! Je n'en ai aucune idée ! Je ne sais pas comment je vais faire mais... Je... Je renoncerai à mon titre si il le faut ! Mais je ne veux pas, je ne peux pas continuer à vivre comme ça... Pendant deux ans, j'ai vécu comme une machine alliée à une chaîne. Tout est décidé à l'avance pour moi, je dois juste suivre le chemin qui a été tracé pour moi et me la fermer... Je savais que je craquerai mais la seule chose qui me permettait de ne pas tout abandonner, c'est l'espoir de voir le visage de cette femme dont mon esprit refusais de me communiquer le nom... C'est tout. Je deviendrais un humain simple et normal, faible car j'aurai perdu mes pouvoirs alors je serais peut être un peu malade... Mais auprès de toi...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divin-world.1fr1.net
Athéna~
Admin
avatar

Messages : 1461
Date d'inscription : 29/06/2012

MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Mer 5 Déc - 17:31

« Dégage.. »
Hydron & Cassy


J'écoute tes mots, qui sonnent comme le glas en temps de guerre, résonnant dans ma tête. ▬ Je ne sais pas ! Je n'en ai aucune idée ! Je ne sais pas comment je vais faire mais... Je... Je renoncerai à mon titre si il le faut ! Mais je ne veux pas, je ne peux pas continuer à vivre comme ça... Pendant deux ans, j'ai vécu comme une machine alliée à une chaîne. Tout est décidé à l'avance pour moi, je dois juste suivre le chemin qui a été tracé pour moi et me la fermer... Je savais que je craquerai mais la seule chose qui me permettait de ne pas tout abandonner, c'est l'espoir de voir le visage de cette femme dont mon esprit refusais de me communiquer le nom... C'est tout. Je deviendrais un humain simple et normal, faible car j'aurai perdu mes pouvoirs alors je serais peut être un peu malade... Mais auprès de toi... Mes mains deviennent moites, et mon coeur ralenti. Tu veux devenir humain? Devenir un homme, un faible, un objet, un simple morceau de chair de passage sur terre? Tout ça pour moi? ou plutôt, à cause de moi. Par ce que je ne peux pas le concevoir, pas toi, tu ne peux pas accepter d'être un homme. En plus beaucoup d'ex-dieux meurent, et s'ennuient. je refuse de te voir moisir ainsi par ma faute. Je soupire, m'approchant de toi, maintenant à une trentaine de centimètres.

« Tu ne peux pas faire ça, Hydron. Tu ne peux pas devenir un homme minable. Tu n'a pas le droit.. »


Ma voix s'étouffe, par ce que je me jette sur toi, m'accrochant à ton T-shirt de mes mains fines et douces, le serrant aussi fort que si je ne voulais plus m'en détacher. Ma tête se colle à ton torse, plaquée contre tout tes muscles puissant, le nez dans ton cou, s’enivrant de ton parfum mâle. Je ferme les yeux à m'en faire mal, les plissant, pour me couper du monde, pour ne ressentir dans ma bulle uniquement les battements de ton coeur. Tu ne peux pas redevenir un humain, pour la simple et bonne raison que je hais les hommes, et que toi, je ne pourrait te hair. Je m'accroche à toi avec violence, c'est sûrement la première fois que je montre une telle détresse, un tel besoin de ton corps. Tu m'a manquer Hydron, et sans effort, sans bouger tu t'es refait une place dans ma vie, plus importante que ma place à moi. Je gémis. Je ne maitrise rien, je veux juste rester comme ça, dans tes bras. Je n'ose plus bouger, me rendant compte que je t'ai pas laisser le choix, t'obligeant à m’accueillir au sein de ton étreinte. Je lève les pierres précieuses luissant entre mes paupières, t'observant. Si tu ferais ce sacrifice pour moi, est-ce que j'ai le droit d’espérer ...?

« Je .. je suis désolée. Je n'ai pas pus m'en empêcher. »

Je frissone, ta peau est plus que glacée maintenant, même avec mon don j'ai froid. Mais je ferme les yeux, me concentrant, pour atténuer cette sensation jusqu'à ne plus rien sentir.
« Pourquoi es-tu si froid..? »

© codage by Lou'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollon
Admin
avatar

Messages : 1485
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 23
Localisation : Dans les nuages...

MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Jeu 6 Déc - 18:53

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Les quelques dizaines de centimètres qui nous séparent deviennent insoutenables. Mon estomac est étriqué le long de mon torse, ma nausée à disparut même si j'ai encore si mal. Mais cette fois, elle me regarde, bien en face, et je peux voir ses yeux lire en moi comme dans un livre, parce qu'après tout ce temps nous n'avons pas tellement changé. Seulement mûris, mais nos coeur restent les mêmes, du moins le miens, qu'en est-il du sien ? Je m'approche encore, gratant les derniers centimètres qui me résistaient.
    CASSY' ▬ Tu ne peux pas faire ça, Hydron. Tu ne peux pas devenir un homme minable. Tu n'a pas le droit..

Dès le début de sa phrase, j'ouvre la bouche pour contester, mais mon souffle se coupe en même temps que le sien. On aurait dit un film. Le moment propice où se retrouve les deux personnages principaux, avec en fond une musique mélancolique et pleine de romance, un coucher de soleil en arrière plan et une envolée de colombe au moment où ils s'enlacent. Nous n'eûmes rien de tout cela. Mais ce fut beaucoup plus émouvant pour moi. Son souffle chaud contre mon torse n'avait jamais été aussi agréable, jamais je n'avais tant aimé avoir une sensation de chaleur en moi. Elle s'accroche à moi, m'enlaçant désespérément tandis que ses lèvres remontent le long de mon cou. Mes bras l'entourent, mes paumes sur le creux de ses hanches. les flocons autours de nous semblent plus paisibles que je ne le pensais, comme tombant aux ralentis, j'inspire son parfum. Il est exactement comme dans mon souvenir. J'embrasse son front tiède, une pulsion non hésitante. Tu m'as manquée toi aussi Cassandre, ô combien, si tu savais.
    CASSY' ▬ Je .. je suis désolée. Je n'ai pas pus m'en empêcher.

Je la fait taire d'un geste, posant un doigt sur ses lèvres, une douceur continue s'infiltre en mon corps si violent. Je ne dis toujours rien, ne me lassant jamais de contempler son visage. Suis-je devenu si fou ? Moi qui trouvais l'amour ridicule... Je suis vraiment un crétin et j'aime lui entendre dire. Elle le sait que je ne parle pas beaucoup, et c'est la seule que ça n'agace pas à vrai dire. Si un peu, elle risque d'être déçue, le temps n'a fait qu'empirer tout cela, je parle avec mon corps, presque jamais avec mes lèvres, peut être seulement pour l'embrasser, dans ce cas là je parlerai toute ma vie...
    CASSY' ▬ Pourquoi es-tu si froid..?

Je me ralce la gorge, soupire avant de te serrer d'avantage contre mon corps imposant. Tu me parais aussi fragile qu'une poupée dans cet étau que forme mes bras, j'ai encore plus peur de te faire du mal maintenant. Je t'aime...
    HYDRON ▬ Désolé... Je ne contrôle pas la température de mon corps, et je suppose que c'est le petit poison accordé à mon titre de Dieu de l'hiver...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divin-world.1fr1.net
Athéna~
Admin
avatar

Messages : 1461
Date d'inscription : 29/06/2012

MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Ven 7 Déc - 19:54

« Dégage.. »
Hydron & Cassy


En sentant ses bras autour de mon corps, une sensation de bien-être, de douceur, de chez-soi m'envahis, et je souhaitais rester pour l'éternité. Idiot, je sais, mais malgré moi je crois encore aux comptes de fée.. Je crois que j'y ai toujours cru en fait. Petite, je fermais les yeux, seule dans le noir de la caravane de ma mère, et je m'imaginais, en robe blanche, avec mes longs cheveux coiffés en chignon, devant l'autel de l'église pour une promesse éternelle avec un homme beau, riche, et prince bien sûr. Je grogne doucement dans l'enceinte de ses bras, en me remémorant ses souvenirs. Une fois ado, j'avais jurée solennellement devant mon miroir que je tomberais jamais amoureuse.. Finalement, je suis tombée amoureuse, tombée sous le charme de l'homme qui me serre en ce moment dans ses bras. Son odeur me rappelle tant de souvenirs.. Je le serre encore plus fort, sans m'en rendre compte. Si mon visage n'a pas du tout changer, mon corps lui s'est métamorphosé : j'ai grandis, mais j'ai aussi grossis un petit peu. J'en avais terriblement besoin il faut dire.. Mes hanches se sont emplies, et les mains qu'il pose à leur surface les englobent parfaitement. Mes épaules se sont élargies, et mes seins ont poussés. Le plus impressionnant ça reste l'harmonie de mon corps : avant on aurait dit une poupée fragile, démantibulée qui peux se briser au moindre coup de vent. Maintenant, je suis équilibrée, et la musculation m'offre une force non négligeable. Et pourtant, dans les bras musclés du dieu de l’hiver, je ressemble tout à fait à une poupée barbie, fragile et douce, immobile. Sauf que moi je ne suis pas blonde et maquillée à outrance.. Sa peau fraiche, je ne la sens même plus, ma température étant passée à la sienne.▬ Désolé... Je ne contrôle pas la température de mon corps, et je suppose que c'est le petit poison accordé à mon titre de Dieu de l'hiver... Je souris, toujours la tête nichée dans le creux de son cou, profitant de la peau douce à cet endroit. Puis je réplique :
« Tu n'a jamais été aussi froid il me semble... »


Ma voix s'étouffe dans son cou, quand je décide d'y poser véritablement mes lèvres. Le contact avec sa peau me fait frémir, j'ai un besoin soudain de sa voix, de ses mains, de son corps. J'ai besoin de lui, tout simplement. Je décide de faire une chose que jamais je n'aurait cru possible venant de moi, mais tout doucement, mes croissants de chair vinrent de loger sur la ligne de sa mâchoire, assez sensuellement malgré moi. Je me rends compte que je n'ai pas envie qu'il reparte, que je meurs d'envie qu'il soit à moi, rien qu'à moi. Je serrais malade si ce soir il partait avec une autre fille, mais ma fierté m'empêche de l'avouer. Je me contente donc d'effleurer ces lèvres doucement, sur la pointe des pieds pour les atteindre. Puis, en sentant une main dans mon dos, j'approfondis le baiser, sans lui demander son accord.. Après tout, si il veux, il peux me repousser sans soucis. Je peine à rester sur la pointe des pieds, et je tremble un petit peu, donc au bout d'un dizaine de secondes, je me glisse au sol de nouveau, le regard fuyant. Je ne me reconnais plus, jamais en temps normal je n'aurais embrassé un homme la première. Encore moins celui qui m'a oubliée.. Mais je ne cherche plus la logique, il n'y a plus de logique avec lui. Mes lèvres sont en feux, mon cœur bats avec une force incroyable ; j'avais oublier à quel point un baiser avec cet homme glacé pouvait être électrisant. Mes mains tremblent, toujours accrochées à son T-shirt, et mes lèvres restent entrouvertes, pour souffler :

« Ne t'en vas pas.. »

Je souris de nouveau, un petit sourire suppliant, discret, et honteux. Honteux par ce que une femme ne devrait pas supplier ainsi, surtout que je n'ai aucune arrières pensées, je veux juste pas le savoir ailleurs qu'avec moi ce soir. Une soirée pour deux ans, ce n'est rien.. Mais en fait si ; une soirée, ça serais une promesse d'avenir pour moi. Et si il accepte juste "comme ça", c'est promesse d'une souffrance terrible..


© codage by Lou'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollon
Admin
avatar

Messages : 1485
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 23
Localisation : Dans les nuages...

MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Sam 8 Déc - 14:31

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

    CASSY' ▬ Tu n'a jamais été aussi froid il me semble...

Personnellement, je n'avais absolument aucun souvenir de la période avant ces deux années mouvementées. Seulement quelques flash back avec Cassy, rien de très lisse. Papa m'a dit que ça me reviendra tout naturellement plus tard. Il dit que 'ai beau avoir énormément grandi et changer, mon corps n'est pas encore totalement adulte. Il parle en particulier de ma température. Ah, un bien mauvais sort qu'être si froid. J'enviais mon père et son coté brulant, ainsi que Cassy qui en avait héritée. Elle d'ailleurs, n'est pas encore considérée totalement comme une déesse primaire, car elle ne cesse de faire des connerie avec ses pouvoirs. Mais Grand-Père est incapable de la punir sévèrement. Quand on sait que le jour de sa naissance il l'a rejetée, c'est plutôt comique.
Ses lèvres s'écrasent dans mon cou, je frissonne et souffle, une buée s'échappe de mon corps. Elle embrasse ma mâchoire, je glisse délicatement une main le long de son dos, avant de respirer encore et encore l'odeur de sa peau, le nez contre son front. Ma main rencontre sa joue, chaude et lisse. Puis, ses lèvres frôlent les miennes, je ne perd pas de temps pour les rejoindre. Je retrouve ce gout sucré, qui pour une fois est parfait et sans aucune amertume.
    CASSY' ▬Ne t'en vas pas..

Je comprend l'arrière de ces paroles. Une certaine promesse se cache derrière ses mots, et je sais que je ne dois pas répondre trop vite, ce serait vu comme une décision prise sur un coup de tête. Au contraire, je prend le temps de lui voler d'autre baisers, réfléchissant. C'est la femme que j'aime, et je ne veux jamais la quitter. La vie sans elle est fade et sans gaieté. Ma vie de solitaire est terriblement cruelle. Cependant. Je suis un Dieu, le plus froid en plus de cela. Et elle et moi savons à quel point garder une liaison sera compliqué et couvert de risque. Je me sens mal, mal de lui infliger ça dans sa vie d'humaine. Je me mord la lèvre. Il y a autre chose. Je suis immortelle. Et même si elle est à moitié dieu, elle ne possède pas la même durée de vie que moi, même si elle est plus longue que la normale pour les demi-dieux. Mais tout ça, je m'en fiche. Je veux vivre le présent, je veux rester à ces cotés autant de temps que possible. Je veux rire, sourire, être heureux moi aussi. Je veux que l'hiver soit plus gai, pour une fois...
    HYDRON ▬ Jamais. Jamais je ne m'en irait. Je resterai à tes cotés autant que tu le désire Cassy...Répondis-je, coupant pendant quelques temps nos embrassades.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divin-world.1fr1.net
Athéna~
Admin
avatar

Messages : 1461
Date d'inscription : 29/06/2012

MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Sam 8 Déc - 16:38

« Dégage.. »
Hydron & Cassy


Mon estomac se noue en sentant ses lèvres s'éloigner ; je suis comme un enfant à qui on enlève sa sucette, j'en ai besoin, et je vais me mettre à grogner si on me rends pas ma sucette, c'est-à-dire les douces lèvres puissantes du dieu de l'hiver. Dieu de l'hiver... ça me fait bizarre de me dire ça, il est un dieu maintenant, un vrai, ce qui implique de nombreuses choses désagréables pour moi, et je préfère les chasser de mon esprit. Puis il récupère mes lèvres, jouant avec de nouveau, avec une tendresse infinie ; je profite, et je me rends compte que tout les autres hommes que j'ai pu fréquenter pendant deux ans ne sont rien à côté de lui, des sensation qu'il procure en moi. J'attends une réponse à ma phrase, avec un passe-temps délicieux, certes, mais l'angoisse monte en moi. Que vas-t-il répondre? Comprend-il l'importance de cette phrase pour moi, comprend-il cette peur d'abandon..? Puis, il stoppe nos baisers, et mon estomac se noue doucement, torture lente et terrible. Jamais. Jamais je ne m'en irait. Je resterai à tes cotés autant que tu le désire Cassy.. Un sourire se dessine et fend mon visage, je ferme les yeux, profitant du contact avec l'homme que j'aime. Je ne répond rien, je profite, ça me suffit. Après tout, qu répondre à ça? Je ne vais pas le forcer à dire plus, j'ai déjà tout ce que je veux.
Je l'ai dis : l'homme que j'aime. Comment, après deux ans, puis-je aimer un homme avec cette force, cette envie, cette passion..? Je dois être victime d'un mauvais sort, mais il est tellement agréable que je ne veux pas guérir. Pendant que je mordille sa machoire, je sens une vibration dans ma poche, et je sursaute, avant de comprendre : mon téléphone. Je décroche, et la voix de mon amie résonne au bout du fil : Cassssssyyyyyy... mais qu'est ce que tu fou !?
« Justine, pars sans moi, je reviendrais pas ce soir.. »


J'éloigne le téléphone de mon oreille tant mon amie crie. Les personne à côté d'elle doivent la prendre pour une folle, mais comme je la connais, elle n'en a rien à faire. Je l'écoute, sans répliquer, sans lui dire que je viens d’embrasser Hydron. Je suppose que c'est mieux ainsi, elle risquerai de s'énerver.. Sauf que à la fin de la conversation, elle soupire, et souffle doucement : Profite ma belle, t'aura pas ça tout les jours. Passe une bonne nuit.. Je commence à répliquer, surprise, mais elle raccroche avant que je puisse m'exprimer. Je ris doucement dans la nuit noire, et je m'approche de nouveau d'Hydron, cherchant ses yeux pâles dans l'obscurité. Je ne sais pas quoi faire, pas quoi dire. Je vais pas rester dans le froid toute la nuit, mon pouvoir a des limites ; je ne m'imagine pas non plus le planter là sans même un au revoir. Alors je baisse les yeux sur mes bottes, et je me racle la gorge. En plus, si je m'écoutais, je ne le quitterais pas de la nuit, mais je ne lui dirais pas au revoir non plus..

« Hum.. »

C'est de la faute de Justine, avec son histoire de nuit, qui m'a toute chamboulée. Je me demande si Hydron a eu beaucoup d'amantes en deux ans. Leurs a-t-il dis les mots qu'il me dit ce soir? Après tout, des mots sont des mots.. Rien de bien concret. Est-ce qu'il se rappelle de ce que j'avais dis? Que je ne donnerais ma virginité qu'à un homme que j'aime? Est-ce qu'il a du temps, pour rester ici quelques jours avec moi, avant de repartir dans les cieux..?


© codage by Lou'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollon
Admin
avatar

Messages : 1485
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 23
Localisation : Dans les nuages...

MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Mer 12 Déc - 11:02

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
    CASSY' ▬ Bon.. Hydron. Je te préviens... Justine est... Comment dire ? C...Compliquée...

Je fronçais les sourcils, détaillant Cassy de mes yeux à ce moment là encore assez sombres. J'haussais les épaules, elle semblait anxieuse. Qui avait-il d’extraordinaire à me présenter sa meilleure amie ? Ouais, parait qu'elle était assez difficile, mais je ne voyais pas en quoi elle risquait de me faire quoi que se soit. Après tout, elle devrait être au contraire plutôt sympa avec moi... Il n’empêche que ma petite amie semblait mal à l'aise. Je lui souris tendrement et lui volais un baiser. Je vis rougir ses joues sur la surprise, avant de pénétrer dans le restaurant. Je m'assis simplement à une table, elle m'imita et je passais mon bras autour de ses épaules, aux anges lorsque j'étais avec elle. Je collais mes lèvres à sa joue, espérant en adoucir la couleur, sans grand résultat.
Une fille immense sur des espadrilles entra dans le restaurant. Vêtue d'une jupe, elle ne ressemblait pas tellement à Cassy, c'était un style totalement différent. A peine eut-elle remarqué mon bras autours des épaules de Cassy, qu'elle me jetait un regard noir et plissais les yeux. Je clignais les miens et ma petite amie se racla la gorge, affreusement gênée.
    CASSY' ▬ E...Euhm... Hydron, je te présente Justine... Justine, Hydron...

Je me levais poliment et lui tendis la main, plutôt naturel, j'étais même prêt à lui faire la bise. Mais elle s'assit sans un regard, posant son sac à main sur ses genoux. Je restais le bras tendu comme un con. Après être sortit de l'embarra, je m'assis à mon tour, ne comprenant pas bien l'attitude de cette fille en face de moi.
    CAPYPSO ▬ Bon. Je vais te le dire tout de suite, H-Y-D-R-O-N. Tu me plais pas. Je te vois pas avec Cassandre. Elle mérite mieux que toi. Tu ressemble à tous ses connards accro au sexe qui largue leur copine après l'avoir sauté. J'aime pas ça.
Cassy' rougit atrocement. Je fis de grands yeux avant de déglutir. C'était quoi son problème à celle là ?! J'ouvris la bouche, cherchant une réplique digne de ce nom, mais encore une fois passais un peu pour un con.
Quel idiot.
    HYDRON ▬ B...Ben.. Hum, c'est à dire... J'ai pas d'autorisation à recevoir de ta part. Cassy est assez grande pour décidée elle même d'avec qui elle veut sortir. T'es pas sa mère à que je sache.
Elle bouillonna littéralement, son visage s'empourpra. Elle se leva brutalement, comme si elle allait me frapper, mais finalement se rassis. Je fus totalement décontenancé. Le serveur vint prendre notre commande puis nous amena les plats. Pendant tout le repas, la fameuse Justine ne cessa de me fixer, sans un mot à mon égard. Je me contentais de répondre à Casy et d'ignorer son amie, ne comprenant pas tellement ce qu'elle voulait.
    HYDRON ▬ Laisses, je vais payer.
Je sortis ma carte bancaire argentée, que j’insérais dans la borne. L'argent n'était pas un problème pour moi, et c'était tout simplement une question d'éducation de ne pas laisser une fille payer. Cassy rangea donc sa carte, et me remercia, embrassant ma joue. Justine émit une petite onomatopée et je fronçais les sourcils, lui demandant ce qu'elle avait.
    CAPYPSO ▬ Rien. Juste... Que tu as l'air... Tendre avec elle...

Je fis un grand sourire, et hochais la tête, répliquant que c'était juste. Justine me fixa un moment, hésitante, puis me sourit à son tour. Je ris doucement, Cassy était aux anges.

C'est ainsi que s'est terminée cette soirée : en éclats de rire. Je clignais des yeux, Cassy me fixait d'une mine interrogative. Elle me demanda si j'allais bien, je retirais ma main de mon front plissé. Un souvenir venait de m'être rendu. Elle agita sa main devant mon visage, mes yeux suivirent le mouvement de ses doigts, elle soupira de soulagement. Je me redressais un peu, retrouvant enfin totalement mes esprits.
    HYDRON ▬ Je vais bien... Je viens juste de me rappeler de... D'un vieux souvenir...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divin-world.1fr1.net
Athéna~
Admin
avatar

Messages : 1461
Date d'inscription : 29/06/2012

MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   Ven 14 Déc - 6:55

«Twâ »
Hydron & Cassy


Je passais ma main devant ses yeux, inquiète. Aucune réaction. Depuis quelques secondes, il était comme perdu dans un monde lointain. Je l’appelais plusieurs fois, sans réponse.. Quand enfin ses yeux suivirent mes mouvements de mains, un soupire m'échappa. Je le laissant reprendre ses esprits. Je vais bien... Je viens juste de me rappeler de... D'un vieux souvenir... Je souris, ravie de voir que c'était uniquement passager. Je brûle d'envie de lui demander de quoi parle ce souvenir, mais il ne me concerne peut-être pas, c'est sans doute quelque chose de personnel. Je baille, et le froid commence à se faire sentir dans mes membres, en effet mon pouvoir n'a plus d'endurance, par faute de pratique, et en petit pull dehors en plein hiver c'est pas conseiller. Je me hisse donc sur la pointe des pieds pour déposer un baiser léger aux coins de ses lèvres, doux papillon se posant, court et furtif, ne sachant pas si j'ai le droit à beaucoup plus. Après tout, malgré tout, je reste moi-même, une jeune fille un peu timide. Après l'avoir salué de la main, je cours dans le bar, pour me réchauffer. Et pour payer aussi.. Je viens ici régulièrement ça m’embêterais d'être mal vue! Je paye donc, prend mon blouson et mon écharpe, pour m'isoler du froid que je ressens maintenant totalement. La neige tombe de plus en fort, à ce rythme demain je ne pourrais même plus sortir de chez moi.. Je soupire, congelée, les yeux rivés au sol pour éviter une chute.
En poussant la porte de mon minuscule appartement, j'ai un petit pincement au coeur, en songeant aux palais des dieux. En plus, c'est toujours vide, toujours morne : la nuit il n'y a personne dans la boulangerie à côté, c'est même terrifiant, ces immenses fours immobiles. Je me douche rapidement, à l'eau bouillante, pour me réchauffer comme je peux. Je m'allonge ensuite dans mon lit, bien éveillée, dans l'incapacité de dormir, toutes mes pensées occupées par Hydron. Je me demande si c'est possible de recommencer une histoire, de recommencer ce rêve éveillé de chaque jour que je vivais avant. Je ne sais même pas si il se loge sur Terre ou si il repart cette nuit.. Je tourne plusieur fois dans mon lit deux places, éternellement vide d'homme, avant de me laisser emporter par le sommeil, fourbue, courbatue, mais un sourire d'espoir sur les lèvres.

© codage by Lou'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Après la pluie, le beau temps. [pv Cassy.]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Après la pluie, le beau temps.
» après la pluie le beau temps • Indiana Miller
» Après la pluie vient toujours le beau temps [PV]
» Le beau temps après la pluie... [PV Maxime]
» Il fait beau, mais toujours trop chaud. [Fin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Divin world. :: Sur terre. :: Le village.-
Sauter vers: